Innovation - Rapport sur le développement durable 2017/2018

Header-Innovation-web.jpg

«Pour nous, un produit durable est non seulement un produit à la pointe du progrès technique, mais également un produit à durée de vie longue.»

Le développement durable caractérise nos six champs d’innovation: utilisation efficace des ressources, santé et sécurité, excellence des performances, qualité, personnalisation et «simplexité». Toutefois, les innovations techniques et un service après-vente performant ne parviennent pas à abaisser suffisamment l’empreinte écologique de nos appareils. Nos clients et leurs comportements d’utilisation jouent un rôle essentiel. C’est pourquoi nos nouvelles solutions innovantes résultent de l’application systématique du «design thinking», une méthode d’innovation qui place nos clients au centre de nos actions et nous permet de créer des idées durables axées sur les utilisateurs, mises en œuvre dans notre activité quotidienne. 

«Simplexité»: simplement complexe
La «simplexité» caractérise la nouvelle génération d’appareils. Nous recherchons l’équilibre entre la simplicité d’utilisation de nos appareils et la variété de leurs possibilités d’utilisation grâce à une large automatisation. Dans ce cadre, nous informons activement les utilisateurs concernant leur consommation d’énergie et attirons leur attention sur des programmes (plus) économes en ressources. La notion d’excellence des performances concerne non seulement la rapidité de nos processus orientés clients, mais aussi notre leadership en matière d’efficacité des ressources. Nous recherchons l’excellence non pas pour certains appareils haut de gamme, mais pour l’ensemble de notre gamme et dans les prestations de service qui l’accompagnent. 

 

Histoires

Réfrigération avec 40% d’énergie en moins
«L’innovation, pour nous, c’est tenter des expériences et donner leur chance à des idées qui ne paraissent pas immédiatement réalisables», déclare Stephan Keller, responsable du développement. Un bon exemple de ces idées «folles»: un réfrigérateur qui, grâce à l’anergie, consomme 40% d’énergie en moins qu’un appareil classique. En fait, un réfrigérateur fonctionne exactement comme une pompe à chaleur, mais selon un principe inversé. Alors que la pompe à chaleur extrait la chaleur de l’extérieur et l’utilise comme énergie pour chauffer l’intérieur d’une maison, un réfrigérateur extrait la chaleur de l’intérieur pour la rejeter vers l’extérieur. Plus la différence de température entre l’intérieur froid et l’extérieur plus chaud est réduite, moins il faut d’énergie pour transférer la chaleur de l’intérieur vers l’extérieur. L’idée du projet consiste à utiliser pour ce processus l’anergie, c’est-à-dire la chaleur basse température jusque-là inexploitée. La chaleur basse température, de 0 à 10 °C environ, du logement, est acheminée par un réseau de conduites jusqu’au réfrigérateur, qui l’utilise pour maintenir sa température constante idéale de 4 à 5 °C. Le faible écart de température permet une réduction drastique de la consommation d’énergie, d’environ 40%. Ce concept peut encore sembler futuriste aujourd’hui. Pourtant, nous pourrions le mettre au point dès demain. Si les réseaux d’anergie sont encore très peu répandus en Suisse, ils devraient jouer un rôle important dans la Stratégie énergétique 2050. Forts de cette conviction, nous travaillons actuellement avec notre partenaire GEFISWISS à Lausanne sur un projet pilote destiné à tester la faisabilité tant technologique qu’économique du concept.

Zephyr: atteindre les sommets
Nous sommes durablement attachés au site de production de Zoug et consacrons des investissements importants aux nouveaux bâtiments et à la modernisation des installations. L’objectif est d’augmenter de façon déterminante la productivité des surfaces exploitées. Parmi les améliorations essentielles, nous cherchons à réduire les stocks pour améliorer les temps de rotation tout au long de la chaîne de création de valeur, et misons sur la construction verticale sur quatre étages, destinée à réduire l’empreinte écologique de V-ZUG. Actuellement, nous prévoyons la construction de trois nouveaux bâtiments sur l’ensemble du site.  Le coup d’envoi de ce grand chantier du futur a été donné en 2018, avec le lancement des travaux de construction d’un premier sous-projet, le «Hangar Zephyr». Grâce à la verticalisation, associée à l’optimisation des processus de production, la production au mètre carré devrait plus que doubler.  Mais nous devons faire vite: dès 2019, nous voulons mettre en service nos nouvelles presses dans le bâtiment neuf. Ces presses, qui fonctionnent selon le principe de la technologie de servo-transfert, peuvent emboutir des plaques sans soudure à partir d’un matériau en ruban, et se distinguent par une productivité et une efficacité énergétique nettement meilleures (jusqu’à 40% d’économie d’énergie). Le remplacement des anciennes machines est une entreprise complexe, et la planification est synchronisée avec le calendrier des lancements de nouvelles gammes de produits. Nous pouvons ainsi coordonner de façon optimale la conception des produits, des modes de production et des processus.

METUS: l’aide à la décision
Nos produits gagnent chaque jour en complexité. D’un côté, leur utilisation doit devenir de plus en plus intuitive, et de l’autre, les consommateurs attendent de leurs appareils qu’ils leur offrent des fonctionnalités toujours plus nombreuses et sophistiquées. Le degré de standardisation gagne sans cesse en importance en tant qu’argument commercial et condition du succès lors du lancement sur le marché d’un nouveau produit V-ZUG. Pour pouvoir analyser intégralement tous les facteurs de coûts, nous avons fait l’acquisition de METUS. Cette solution logicielle nous aide à optimiser tous nos nouveaux projets en termes de modularité. METUS est capable de modéliser un produit avec toutes ses interdépendances, de reconnaître les facteurs de coûts tels que les coloris ou la fonction d’ouverture automatique de la porte, et nous assiste tout au long de la chaîne de décisions concernant nos produits et portefeuilles. Chez V-ZUG, la méthode est appliquée dans les premières phases d’un projet pour calculer de façon fiable les variantes de facteurs de coûts telles que la hauteur de l’appareil ou le matériau de surface de la porte et constituer des modules de construction (modularisations), par exemple «porte», avec leurs sous-modules, par exemple «poignée de porte» ou «élément intérieur de la porte», afin de modéliser l’efficience de coûts des différentes combinaisons. Cette procédure est complétée par une gestion des exigences, également assistée par le logiciel, et un calcul des coûts cibles fondé sur des modèles de référence. Pour une gamme de référence, V-ZUG réalisera ainsi à l’avenir une économie de composantes de 30 à 40%, tandis que le nombre théorique de variantes possibles sera plus que doublé.

Indicateurs Innovation

80% dans la classe d’efficacité énergétique A ou supérieure
Sur cinq appareils vendus au cours de l’année sous revue, environ quatre appartiennent à la classe d’efficacité énergétique européenne A, voire la surpasse. S’agissant des modèles que nous fabriquons nous-mêmes, le taux d’appareils étiquetés A, A+, A++ ou A+++ est même de 100%. Les ventes d’appareils de la catégorie C concernent des hottes d’aspiration, dont la consommation relative est plutôt faible par rapport aux autres appareils électroménagers. Ces chiffres sont d’autant plus réjouissants que, pour un appareil vendu sur sept (16,6%), il n’existe pas encore de classification européenne officielle. C’est le cas notamment de certains plans de cuisson, tiroirs chauffants, Coffee-Centers, appareils à micro-ondes et hottes d’aspiration. Par ailleurs, dans certaines catégories d’appareils, il n’existe pas de classification supérieure à A (soit de A+ à A+++). 

Graphique: Classes d’efficacité énergétique des appareils livrés

Des lave-vaisselle plus économes que jamais
Nos efforts en termes d’efficacité énergétique sont très bien illustrés par l’exemple des lave-vaisselle Adora: en 30 ans, leur consommation d’énergie a été réduite de 72,5%, et leur consommation d’eau, de 87%. En 2014, nous avons été le premier fabricant à monter une pompe à chaleur haute efficacité dans un lave-vaisselle: l’Adora-SL-WP consomme presque deux fois moins d’électricité qu’un lave-vaisselle classique. 

Graphique: Consommation d’énergie et d’eau des lave-vaisselle Adora (1984 - 2017)

Téléchargements